Publié : 19 avril 2008

Voilà pourquoi.

Voilà pourquoi.

(Emilie Loizeau).

Une fée tombée dans l’eau,

A la nage revenait au rivage.

Le sel de son chapeau,

Doucement s’en allât vers le large.

Voilà pourquoi la mer est salée mon bébé.

Son chat qui passait par là,

Mit ses bottes et la prit dans ses bras.

Le bain était si froid,

Que l’animal en perdit sa voix.

Voilà pourquoi les poissons-chats ne miaulent pas.

C’est parce qu’il pleut que tu pleures.
C’est quand tu souris qu’il fait beau.
Les oiseaux n’ont jamais peur,
Et les avions la nuit protègent les fleurs.

Un bœuf de mauvaise humeur

S’était brouillé avec son coiffeur

La fée très affamée vit son crâne

Et le prit pour un œuf

Et voilà pourquoi si tu manges un œuf, tu manges un bœuf.

Tout rouge pris d’ panique,

Un lapin nain se trouvait trop grand.

La fée dans le Lavomatic,

Le mit à laver dans l’eau bouillante.

Voilà pourquoi les lapins nains sont pas trop grands.

C’est parce qu’il pleut que tu pleures.
C’est quand tu souris qu’il fait beau.
Les oiseaux n’ont jamais peur,
Et les avions la nuit protègent les fleurs.